origine-des-cocktails

Origine des cocktails

Cocktails classiques, originaux ou encore mocktails : les cocktails sont devenus incontournables sur les cartes de bars et restaurants, mais savez-vous d’où viennent-ils ?

DestinationCocktails.fr vous a déniché des infos sur l’origine de nos boissons préférées pour briller auprès de vos invités lors de vos soirées cocktails !

Les prémices

Difficile de donner une date précise quant à l’émergence des premiers cocktails, ni d’en identifier le premier créateur. L’apparition remonterait seulement à la seconde moitié du 19ème siècle. C’est en effet à cette période que les liquoristes et distillateurs maîtrisèrent suffisamment leur savoir-faire pour proposer des alcools stables et variés permettant des mélanges d’ingrédients. C’est également grâce au développement commercial et à l’exportation que l’on doit un boom des cocktails.  Ainsi, de nouvelles boissons venues d’autres horizons ont pu être découvertes et utilisées. L’émergence d’une nouvelle bourgeoisie aisée et curieuse a également contribué à ce développement. L’objectif  était alors de satisfaire une nouvelle clientèle toujours en attente de découverte.

 3 conditions pour le développement des cocktails :

  • Des boissons, alcoolisés ou non, en qualité et avec une diversité suffisante.
  • Des clients curieux de découvrir de nouvelles associations gustatives.
  • De nombreux lieux appropriés avec des professionnels capables d’innover et de mettre au point des recettes intéressantes, savoureuses et originales tout en gardant les propriétés gustatives de chaque ingrédient.

L’apparition des cocktails « classiques » en Angleterre

Ce sont les britanniques qui furent les premiers à s’intéresser à ce nouveau mode de consommation, grâce à l’hégémonie mondiale de la Grande Bretagne, qui lui permet de découvrir en avant-première des spiritueux tel que le rhum. C’est également en Angleterre que fut créé le gin, base idéale pour la confection de cocktails. En effet, au début de son développement, le gin n’était pas un alcool gustativement intéressant : la distillation étant faite de façon rudimentaire, il fallait fortement l’aromatiser avec des baies de genièvre, de la coriandre et même rajouter du sucre pour que cela soit buvable. La solution de masquer ce goût fort prononcé paraissait donc logique.  Pour cela, quoi de mieux que de rajouter quelques adjuvants, le début des mélanges.

C’est d’ailleurs le gin tonic qui serait l’ancêtre de nos cocktails. Toujours au 19eme siècle, les officiers de l’armée britannique, pour lutter contre la malaria, consommaient du tonic (la quinine réduisant la fièvre), et y ajoutaient du gin pour faire passer le goût de cette eau jugée trop amère.

gin tonic

Sous le règne de la reine Victoria se développeront les premiers établissements à cocktails : notamment le gin Palace avec son luxueux aménagement. On y servait du London dry gin accompagné de soda, d’une tranche de citron et d’eau de quinine (ancêtre du tonic).

Traversons l’atlantique pour rejoindre les Etats-Unis d’Amérique

A la même époque, aux Etats-Unis, on s’intéresse également aux cocktails. C’est en 1862, à New York qu’apparait le Bartender’s Guide, premier livre sur les cocktails écrit par Jerry Thomas. Il y répertorie 236 recettes culinaires dont seulement 13 recettes de cocktails qu’il définit comme « une invention moderne servie à des réunions de pêcheurs ou à d’autres occasions sportives. »

Grace à la technologie, notamment avec l’invention de la glace artificielle (ingrédient indispensable des cocktails), le développement va continuer. Très vite, ils se développent et sont servis dans des lieux réservés à une élite tels que les avions ou paquebots.

Dès la fin du 19eme siècle, le Martini et le Manhattan deviennent des classiques et expriment la rencontre entre différentes parties du monde : vermouth italien, bourbon américain et gin britannique. Le mélange devient donc symbole d’union et de l’essor d’un nouveau mode de vie.

Les années folles, vont également permettre aux cocktails de se développer. C’est à cette période que sont créés des recettes aujourd’hui incontournables telles que le bloody mary ou le Side Car (qui sont créés à Paris en 1921 et 1924).

Bloody mary

Durant la prohibition, des bars clandestins (speakeasy) et de la contrebande voient le jour. Les alcools frelatés sont alors très chers et rarement consommés tels quels. On y ajoute des jus de fruits et autres ingrédients pour cacher l’alcool autant pour le goût que pour les autorités en cas de contrôle. Dans les speakeasies, l’alcool est consommé en cachette et les barmen redoublent d’imagination pour être discret et élaborent alors des recettes où l’alcool ne se perçoit plus, c’est le cas de pussy foot par exemple.

Une tendance qui prend de l’ampleur

C’est dans les années 1940 que la professionnalisation des barmen se fait. Des organisations (telles que l’International Bartender Association) ainsi que des règles de confection de cocktails et des concours voient le jour. La création d’associations détonnantes et originales sollicitent alors de plus en plus l’imagination et le savoir-faire des barmen.
Aujourd’hui, trois pays sont particulièrement connus pour les cocktails, l’Angleterre, l’Italie et la France.

Avec la nouvelle société de consommation et l’accessibilité des ingrédients, les cocktails se font aujourd’hui de plus en plus à la maison pour un moment convivial. Un atelier cocktail vous aidera à coup sûr à lancer une soirée, briser la glace et apportera de l’attractivité et un à côté ludique à votre animation.

Retrouvez notre sélection de cocktails pour poursuivre cette lecture avec une dégustation :

NOTEZ CET ARTICLE
boston-shaker-caraïbos
Boston Shaker Caraïbos
Pas de Shaker à la maison ? Optez pour le Boston Shaker Caraïbos !
VOIR LE PRODUIT
DÉCOUVREZ TOUT L'ART DU COCKTAIL
Devenez le barman à la maison !

Pourquoi s’inscrire à la newsletter de Destination Cocktails ?

Chaque mois, recevez nos idées recettes, conseils et offres exclusives.
Devenez un expert du cocktail !
L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.